Pour toi Maman

Depuis que je n’étais qu’un môme,
J’avais l’ambition de prendre le micro,
Pas pour une carrière musicale, mais,
Pour ne composer que trois chassons :
La première à ton honneur, pour te montrer,
Toute ma gratitude,
Toute ma considération et mon affection,
Toute ma reconnaissance et mon amour,
Te chanté à quel point ton fils t’aime,
Te chanté combien t’es profond dans mon cœur,
Te chanté combien tu fais ma fierté,
Te chanté combien je me glorifie de toi,
A travers ma voix dernière le mic,
Accompagner des instruments,
Avec la plus belle des mélodies,
Avec une voix qui ne sort de ma bouche,
Que quand je m’adresse à toi maman.
Je connais tes peines et tes souffrances,
Je t’es vu cacher tes larmes,
Je t’es vu cacher tes peurs,
Je t’es vu cacher ton manque,
Je me souviens de tes nuits blanches,
Je me souviens de toutes tes sacrifices,
Je me souviens de ta ténacité.
Tu t’es donner tant de mal pour moi,
Rien que pour me voir heureux,
Rien que pour me voir réussir,
Rien que pour satisfaire mes caprices,
Rien que pour me voir sourire.
Je n’oublierai jamais tout ce que t’as fait.
J’suis ce que j’suis aujourd’hui grâce à toi,
Je te dois tout, ma réussite, ma vie entière.
Qu’est-ce que je ne ferai pas pour toi,
Aucun sacrifice ne me sera grand pour toi.
Pardonne moi pour tout ce que je t’es fait maman.
Pardonne moi pour toutes les blessures,
Intérieurs comme extérieurs, dont je t’es infliger,
Volontairement ou involontairement.
Pardonne moi :
Pour toutes ces fois où je t’es forcé à me suivre dans mes ignorances,
Pour toutes ces fois où je t’es forcé la main pour mes plaisirs personnelles inutiles,
Pour toutes ces fois où je t’es désobéit,
Pour toutes ces fois où je t’es menti.
Maman, je m’excuse d’avoir pris en otage,
Ton amour maternel inconditionnelle,
Pour assouvir à mes caprices infantile.
Il n’y a pas de dû entre mère et fils, et,
Je ne te remercierais jamais assez.
Sache que, si seulement je pouvais,
Tu n’aurais jamais manqué de rien.
Je ferai tout mon possible, voir plus,
Pour t’offrir tout ce que tu mérites,
Tes efforts ne seront pas vain.
Mes actes sont souvent le contraire,
De tout ce que je veux te faire part,
M’en veux pas, j’ai juste un peu de mal,
À te dire en personne combien je t’aime,
En te serrant si fort dans mes bras.
Je t’offrirai ton petit paradis ici bas.
Je porte tant sur mon cœur Mais,
Je ne saurais pas tout exprimer,
Avec des mots.
Ma ferme volonté de réussir,
Pour t’offrir la vie que tu mérites,
Fera le reste du travail, tu verras Maman.
Voilà en résumé, ce que je voulais te dire,
À travers ma chanson…
T’es une femme extraordinaire,
À la fois douce, forte et indulgente.
Tu resteras toujours ma modèle et mon repère ma petite maman adorée.
Ma deuxième et troisième chassons,
Aurais été sur « La vie » et  » l’Amour ».
Ceux-ci feront l’objet d’autres articles…
Merci Maman
Ton fils, amtess !

Je voudrais pouvoir faire tant de choses pour eux…

C’est à l’instant où j’aurais de quoi aidée la famille que je pourrais souffler un grand coup d’air et dire  » Hamdoulilah  » (Dieu merci).
Certe, je ne peux pas dire que j’suis heureux ou combler de bonheur car selon moi ces mots ne sont que des expressions et des styles dépourvu de leurs sens profond dans la réalité des faits.
Je me plains de ma situation présente et je trouve bien que c’est normal puisque « toute personne qui est satisfait de son présent ne pense pas à un futur meilleur »; et moi je suis de ceux qui sont en quête d’accomplissement perpétuel de leurs rêves vu que je ne suis pas satisfait de mon présent…donc, même si le ciel ne tombe pas sur la tête et que ma vie n’est pas aussi misérable que ça, difficile pour moi de trouver du repos ni de pouvoir dire que j’ai réussi.
À présent, seule ma famille, mes amis et quelques proches qui me sont chers peuvent me permettre de ressentir au minimum ce sentiment de bonheur. C’est pourquoi, tant que je ne me verrai pas en mesure d’apporter à toutes ces personnes l’enthousiasme et la joie de vivre qu’ils désirent, je trouverai toujours ma mission inachevée et mes objectifs non réalisés.
Insensé ça peut paraître, mais sentir que mes chers ne manquent pas du nécessaire voir plus du super flux me donne une joie intérieure que je ne saurais exprimer. Je suis sûr que c’est difficile pour eux même de croire en ça à travers mes actes et comportements quotidiennement et c’est pourquoi j’ai l’habitude de dire que dire que  » je peux me permettre d’adopter des comportements vis-à-vis de ma famille mais je laisserai personne essayer d’agir de même envers eux « . C’est une de mes principes…
Je me dois de réussir, non pas pour moi seul mais pour tout ceux dont qui croient en moi et qui ont une totale confiance en ma réussite. Puisse Dieu nous donnent à eux et moi une santé de fer pour jouir de ce moment ensemble.
Voilà un peu ma préoccupation, ne pas vivre pour accompagner mais pour apporter ma part de touche en étant toujours présent et prêt à agir quand le besoin se fait sentir. C’est en fait ça ma vision du bonheur et c’est une fois que je me verrai réaliser ce petit paradis autour des miens et semblables que je pourrais me permettre de dire que j’suis heureux.
Amtess

Difficile de trouver le sommeil la nuit


À force de penser sans cesse à ton devenir, il t’arrive d’avoir du mal à fermer les yeux la nuit. C’est vrai que ce n’est pas pendant la nuit seulement qu’on dors mais étant donné que c’est le moment idéal convenu par tous ( du moins en général) pour se reposer…
Quand tu n’as pas de quoi te mettre sous la dent, tu pense plus à demain qu’à l’instant présent. Les nuits commencent alors à devenir longue jusqu’à ce qu’elles deviennent blanche…
Comment fermer les yeux en sachant que demain tu dois te rendre à un lieu et que tu n’as pas de moyen de déplacement et que même si tu en avais un, il te manque les frais pour le carburant ;
Comment trouver le sommeil en pensant à quel habille portée demain, à comment on va faire pour manger au déjeuner, à comment assouvir à tes petits besoins du quotidien ;
Comment trouver le sommeil ayant à l’esprit que Maman est dans le besoin et que tes frères et sœurs sont en manques, comment ? Impossible d’avoir le cœur alléger en voyant tes semblants dans le besoin et le plus frustrant est de ne pouvoir rien faire pour les aidés. Il te vient ce sentiment d’impuissance au point que tu en veuille à toi même et très souvent aux autres.
Tu voudrais comme par magie les apporter l’épanouissement nécessaire qui leur ferais se sentir combler mais tu es important. Ça fait de la peine, non seulement tu souffres pour toi et de ta position, leurs situations t’aneantie encore plus.
Te laisse surtout pas abattre, tout ceci ne serai que des mauvaises souvenirs dans les jours qui viennent.

L’envi de prendre la plume

Dépuis tout petit j’ai cette voie intérieur qui me pousse à prendre mon stylo et mettre à écrire.

J’ai presque remplie des centaines de pages et un registre à moitié.

Dès fois, je me met à écrire juste pour évacuer quelque chose en moi afin de me sentir dans ma peau; Il m’arrive même de remplir une dizaine de pages pour ensuite les brûlés…juste pour ne pas que sa soit lu par quelqu’un d’autre.

Écrire, c’est se soigner. Merci

amtess

Premier article de blog

Il s’agit de votre tout premier article Cliquez sur le lien Modifier pour le modifier ou le supprimer ou commencez un nouvel article. Si vous le souhaitez, utilisez cet article pour indiquer aux lecteurs pourquoi vous avez commencé ce blog et ce que vous envisagez d’en faire. Si vous avez besoin d’aide, adressez-vous aux gentils utilisateurs de nos forums.

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer